Voici un article original pour l’AIMSIB, il s’agit… d’un appel à candidature afin de mettre en place une étude diagnostique et thérapeutique inédite. Celui-ci est lancé par le Docteur Jocelyne Goumet, médecin gériatre et diplômée en biologie médicale c’est-à-dire que ses connaissances ont été approfondies dans les domaines de l’hématologie, parasitologie, bactériologie et immunologie. Un traitement pour la filariose qui pourrait s’attaquer aux maladies auto-immunes européennes? Bonne lecture.

L’essai thérapeutique qui encadre cette théorie

Sur un patient présentant une symptomatologie associant les signes cliniques décrits dans la fibromyalgie, les syndromes d’asthénie chronique avec syndrome des jambes sans repos, vertiges et  prurit non systématisé il a été testé de la Notezine© ou citrate  de carbamazine (DEC),  molécule dont l’action essentielle est microfilaricide et qui est utilisé depuis 70 ans dans le traitement et la prévention de l’onchocercose. Retiré du marché français pour des motifs obscurs le produit reste néanmoins disponible en pharmacie centrale des Hôpitaux. Il reste délivré sans prescription médicale dans les pays où elle est encore disponible, sous forme de générique (Asie essentiellement).

Son action sur la symptomatologie a été rapide et efficace   avec reprise des activités quotidiennes habituelles, reprise du travail, disparition des vertiges, atténuations des points douloureux de la fibromyalgie (d’une EVA entre 8 et 10 qui diminue aux alentours de 2 à 3), abolition quasi complète de la myasthénie,

Ce résultat a été obtenu exclusivement avec un traitement unique : la diethyl carbamazine sans antalgique associé, elle a été administrée en cure de 21 jours selon le même protocole et les mêmes précautions que dans le traitement des filarioses. Il n’a pas été noté d’effets secondaires majeurs avec l’utilisation de cette molécule. A la date de l’essai (1986) les symptômes sus-cités n’étaient pas groupés en syndromes, les signes cliniques n’étaient pas colligés dans une entité syndromique mais éparse dans des tableaux cliniques non définis.

En une trentaine d’années nous avons assisté à l’explosion épidémiologique des maladies auto-immunes et des pathologies apparentées avec la nécessité de définir de nouveaux syndromes tels que l’asthénie chronique, le syndrome des jambes sans repos, la myosfasciite à macrophage, la fibromyalgie, C’est la pression épidémiologique de ces pathologies qui a obligé le ministère de la santé à une certaine reconnaissance, malgré l’absence d’étiologie et d’explication physio-pathologique.

En immuno-allergologie la prévalence des patients allergiques  augmente  durant ces trente années pour toucher actuellement 20 à 25 % de la population générale. J’ai donc réfléchi avec les éléments que j’avais pour imaginer une théorie plausible. Il fallait répondre aux questions suivantes:

  • Pourquoi en trente ans ces pathologies ont elles augmentées en fréquence ?
  • Quelle était la cible de la molécule ?
  • Comment cette cible pouvait être responsable de syndromes aussi  différents, avec une symptomatologie aussi variées et multi organiques ?

Dans un premier temps, il n’y avait pas de lien évident, entre les différents organes atteints. Donc en fonction des données épidémiologiques j’ai essayé de définir une hypothèse éthiopathogénique  qui  pouvait  donner une explication à l’efficacité  du citrate de  diethyl carbamazine  sur les syndromes sus cités. J’ai présenté sous forme d’un power-point ma théorie au Congrès international d’auto-immunité à Lisbonne en Mai 2018 (*). Je souhaite la diffuser dans les Médias scientifiques pour éveiller la curiosité de certains chercheurs afin de trouver le financement pour prouver cette théorie. Je vous résume les différentes étapes.

L’état des connaissances sur lesquelles je construis ma théorie

Rôle de la simulie
L’insecte est un vecteur hématophage très répandu sur la planète que ce soit en Europe, en Amérique nord et en Afrique. Son habitat est proche de celui des humains. La simulie est essentielle et indispensable à la maturation et à la transmission de certains parasites, notamment Les microfilaires, Ces parasitoses sont des fléaux en pathologie humaine sur le continent Africain.
Cette petite mouche noire synthétise et contient dans son tube digestif des glycoprotéines complexes qui sont indispensables à l’élaboration de la paroi des microfilaires. Ces molécules sont hautement immunogènes, après leur introduction par voie transcutanée lors de la piqûre de l’insecte. Elles ont des propriétés dues à leur structure tertiaire et quaternaire, notamment celle d’être résistante a la phagocytose par les macrophages lors de leurs introductions trans-cutanées. L’immunogénicité du matériel introduit après la piqûre est objectivée par l’importance de la réaction inflammatoire locale au point d’introduction du contenu de la simulie.  L’existence fréquente d’une réaction systémique avec fièvre, frissons, syndrome pseudo grippal témoigne de la stimulation du système immunitaire, par un élément étranger introduit dans l’organisme.

2. Action du citrate de diethyl carbamazine dans la destruction des micro-filaires
La molécule permet la lyse des micro-filaires par action sur leur paroi en agissant sur les liaisons qui assurent les structures tertiaires et quaternaires  des glycoprotéines constitutives de leur paroi,  fragilisant  cette glycoprotéine de paroi et permettant aux macrophages d’attaquer le parasite et de le détruire.

Mon hypothèse

Il faut essayer de fournir une explication à l’augmentation des pathologies auto-immunes et syndromes inflammatoires apparentés. Le dysfonctionnement de la réponse immunitaire est acquis. J’impute à un immunogène X introduit lors de la piqûre par la simulie hématophage le rôle stimulant de la phase primaire non spécifique de la réponse immune, médiée par les macrophages. La structure biochimique de cet immunogène est comparable à celle de  certaines molécules de la paroi de  parasites sanguinoles. Ces molécules ont un impact certain sur la réponse immunitaire. Un immunogène qui stimule les cellules immunitaires, non spécifiques mais qui n’est pas détruit autorise une réaction inflammatoire auto-entretenue et potentiellement responsable d’une dérégulation de la réponse immunitaire spécifique.

Il est reconnu qu’une réponse inflammatoire intense  auto-entretenue favorise l’émergence de maladies auto-immunes.

En aval de ces phénomènes impactant la réponse primaire, on observe  les conséquences d’une réponse immunitaire spécifique inappropriée. Dans le cas où un antigène infectieux ou autre est introduit simultanément avec la glycoprotéine  dans l’organisme la réponse immunitaire sera de fait non adaptée à ce nouvel antigène, et cette dysrégulation permet l’émergence de clones lymphocytaires auto-immuns.

Lorsqu’il n’est pas détruit l’immunogène complexe continue la stimulation des étapes de la cascade immunitaire. La régulation dans la réponse immune permet dans la plupart des cas de stopper le phénomène de  recrutement cellulaires et de sécrétion des médiateurs de l’inflammation  une fois que l’immunogène est éliminé. Dans ma théorie cette glycoprotéine n’étant pas détruite. Elle ne permet pas un retour à l’état basal de la sentinelle immunitaire. Donc les phénomènes favorisant l’apparition de clones auto-immuns sont  maintenus en action. Dans l’auto-immunité, avant de considérer l’organe atteint c’est à dire l’organe cible de l’auto anticorps on doit en amont comprendre pourquoi, l’organe immunitaire a dysfonctionné.

Et je veux montrer que la dysfonction est le résultat d’un immunogène, biochimiquement complexe que l’on peut trouver à la surface de certains parasites et permettant à ce dernier  d’inféoder son hôte en déjouant les étapes de la réponse immunitaire. Un tel dysfonctionnement a des conséquences multiples:

      • L’apparition d’auto anticorps
      • La diminution du seuil de tolérance des antigènes du non soi, habituellement tolérés tel que les allergènes.
      • Augmentation des phénomènes inflammatoires, dans la réponse immunitaire aux agents infectieux des lors que celle-ci est déjà sollicitée par la présence d’une glycoprotéine étrangère circulante.
      • Exacerbation des réponses aux antigènes vaccinaux avec recrutement de clones auto-immuns
      • En viro-oncologie augmentation du cancer par altération de la réponse immunitaire.

Remarque : en Afrique de l’ouest / il existe une zone touchée particulièrement par le lymphome de Burkitt et le cancer du naso-pharynx ces deux hémopathies ont en commun la présence du virus Epstein Barr Des études ont étaient faites pour montrer le rôle favorisant du plasmodium .La coexistence de ces deux infections (VEB et plasmodium) favoriserait  l’émergence de ces lymphomes, mais il n’y a pas eu de conclusion nette sur l’effet potentialisateur. Or la carte de répartition de l’onchocercose et donc de la distribution de la simulie est aussi superposable à celle de ces cancers en Afrique. Je peux imaginer le rôle potentialisateur de cette glycoprotéine et du VEB dans l’émergence des lymphomes Burkitt.

Actuellement la simulie vectrice de micro-filaire est cosmopolite, et même si dans nos contrées elle ne véhicule pas encore de parasite, la biochimie de son organisme est adaptée à la maturation éventuelle d’un tel parasite et lors de sa piqûre elle peut transférer par voie sous cutanée des glycoprotéines complexes  très immunogènes. C’est donc cette hypothèse que je veux prouver en essayant de convaincre certains laboratoires.

Quant à l’efficacité de la citrate de diethyl carbamazine, il peut être le résultat d’une action enzymatique sur une glycoprotéine de structure semblable à celle des composants de la paroi de la micro-filaire mais présente isolée dans les secrétions de l’insecte. Et de la même façon la rupture de la structure tertiaire et quaternaire de la molécule par la diethyl carbamazine permet sa phagocytose par les macrophages dans le cadre de réponse immune non spécifique.

 

Le projet d’étude: Vérifier l’efficacité de la diethyl carbamazine sur la symptomatologie de trois syndromes inexpliqués, neuromusculaires et inflammatoires: Fibromyalgie, syndrome d’asthénie chronique, syndrome des jambes sans repos

Matériel pour l’étude
Il faudrait idéalement recruter 200 patients présentant soit une fibromyalgie, soit une asthénie chronique soit un syndrome des jambes sans repos:
– Un panel de 100 personnes tirés au sort qui seront traité uniquement avec de la DEC (1/3 dans chaque syndrome).
– Un panel de 100 personnes tirés au sort soumis uniquement à un  placebo (1/3 dans chaque syndrome).

Méthode
Tirage au sort, double aveugle

Buts de l’étude
– Rechercher une ou des protéines immunogènes en rapport avec les Ag injectés par les simulies, les tracer dans l’organisme, tenter d’évaluer leurs demi-vies, leurs circulations et leurs pouvoirs immunogènes,
– Démontrer une efficacité thérapeutique de la DEC sur l’ensemble des symptômes liés à ces trois pathologies ciblées.

Le coût de l’étude  paraît très raisonnable, les risques secondaires sont considérés comme quasi nuls, sa réalisation reste techniquement complexe mais parfaitement réalisable. L’enjeu  est évident, comprendre le mécanisme  d’action de la DEC.
La finalité est de prouver qu’un dysfonctionnement de la réponse immunitaire peut être acquis par  un immunogène présent dans l’environnement. Prouver par voie de conséquence que l’émergence des pathologies ou l’immunité est directement impliquée  est due à ce dysfonctionnement.
Les conséquences sur la santé humaine du dysfonctionnement de l’organe immunitaire sont en théorie très importantes. La preuve en est du développement des molécules en immunothérapie et en biothérapie. Alors trouver les causes et comprendre les mécanismes qui conduisent à une réponse immunitaire déficitaire ou inadaptée me paraît une bonne voie de recherche.
Le coût de l’étude  paraît très raisonnable, les risques secondaires sont considérés comme quasi nuls, sa réalisation reste techniquement complexe mais parfaitement réalisable. L’enjeu  est évident, comprendre le mécanisme  d’action de la DEC, guérir et prévenir une foule considérable de patients pour lesquels aucune solution thérapeutique ne leur est actuellement proposée.

Merci de votre lecture et de votre critique.

 

 

(*) « Intervention des simulies dans l’émergence des maladies auto-immunes, et efficacité de la diethylcarbamazepine. »

 

 

 

 

La rédaction de l'AIMSIB

Auteur de l'article :

Lire tous les articles de