Copie aux principales agences de presse.

L’association Internationale pour une Médecine Scientifique Indépendante et Bienveillante (AIMSIB) s’adresse à vous, à titre personnel, pour vous alerter à propos d’une possible et malencontreuse initiative de notre nouvelle Ministre de la Santé.

Elle se propose en effet de rendre obligatoire 11 vaccins, au lieu de 3 actuellement.

Sous prétexte d’une amélioration de la Santé Publique (via l’élargissement des obligations vaccinales), cette initiative vise surtout à sortir du piège juridique dans lequel est tombé le gouvernement précédent, c’est-à-dire répondre avant le 8 Août 2017 à une requête impérative du Conseil d’État. Celui-ci a demandé au gouvernement de faire en sorte que les 3 vaccins obligatoires à ce jour (contre la diphtérie, le tétanos et la polio) soient disponibles, ce qui n’est pas le cas pour des raisons peu compréhensibles à première vue. Faute de quoi, l’obligation vaccinale ne pourrait être maintenue à moins que la Loi actuelle sur les vaccinations obligatoires soit modifiée.

Plutôt que d’assurer (par un moyen ou un autre) l’approvisionnement en ces 3 vaccins obligatoires, les gouvernements (le précédent et l’actuel) ont donc choisi de modifier la Loi.

Contrairement aux apparences, cet élargissement de l’obligation vaccinale ne repose sur aucun impératif médical (ou épidémiologique) et n’a pas de base scientifique sérieuse. C’est une réponse irréfléchie et antidémocratique à une question juridique se donnant le masque d’une opération de Santé Publique en grande urgence. Personne ne peut être dupe de cette tromperie manifeste.

En effet, contrairement aux apparences et aux imprécations de supposés experts généralement liés à l’industrie des vaccins, aucune concertation sérieuse n’a eu lieu permettant d’évaluer scientifiquement le rapport bénéfice/risque de cet élargissement des obligations vaccinales en termes de Santé Publique.

Madame la Députée, Monsieur le Député, notre pays n’est menacé par aucune épidémie et il n’y a aucune urgence à légiférer en termes de santé.

A moins de coercition inacceptable en démocratie, il est prévisible que l’application de cette Loi sera impossible, ce qui ruinerait aux yeux du public la respectabilité du pouvoir législatif, le vôtre donc.

Plus important encore, de ce que nous ressentons sur le terrain, nous prévoyons que le passage en force de la Ministre pourrait générer de graves troubles sociaux. Quand il s’agit de la santé des enfants (y compris des bébés de 2 mois), les réactions de nos concitoyens pourraient s’avérer imprévisibles.

Peut-on obliger des parents à laisser injecter des substances qu’ils jugent suspectes (à tort ou à raison, telle n’est pas la question) à leurs enfants ?

Peut-on obliger des médecins à injecter des substances qu’ils jugent suspectes (à tort ou à raison, telle n’est pas la question) à leurs petits patients ?

Nous vous suggérons en conséquence, et très respectueusement, d’essayer de faire comprendre à notre Nouvelle Ministre qu’il est hautement préférable de ne pas procéder à cet élargissement des obligations vaccinales. Des solutions alternatives doivent être envisagées, et des études scientifiques sérieuses et indépendantes doivent être entreprises d’urgence.

Plutôt que des décisions précipitées et irrationnelles sur le plan médical, nous proposons un moratoire (donc la suspension de toute obligation) afin d’identifier scientifiquement (et indépendamment de tout intérêt commercial) les solutions les plus adéquates qui puissent convaincre les familles et leurs médecins du bien-fondé d’une politique vaccinale simple et compréhensible.

Madame la Députée, Monsieur le Député, les opposants à l’élargissement des obligations vaccinales ne sont pas des sectes antiscientifiques, comme certains conseillers de l’industrie des vaccins le proclament. Notre association (l’AIMSIB) réunit des citoyens, des médecins et des scientifiques non sectaires et animés par le seul intérêt de la santé de tous ; écoutez-nous tant qu’il est temps.

La France est un pays de libertés.
La France est Le pays de La Liberté. Une partie importante de la population (la plus éduquée et la mieux informée) a déjà fait savoir (multiples pétitions, sondages variés) qu’elle était opposée à cet élargissement des obligations vaccinales. De nombreuses associations, des scientifiques et des médecins indépendants ont aussi fait savoir qu’ils s’y opposeraient.

Pour la liberté de décision et l’indépendance de l’expertise, recevez nos amicales salutations,

Le Comité médical et scientifique de l’AIMSIB

aimsib

Auteur de l'article :

Lire tous les articles de