Statines et douleurs musculaires : qui désinforme qui ?

1. Le point de vue du chercheur CNRS

Dr Michel de Lorgeril, membre du Comité Scientifique de l’AIMSIB

 

Pour faciliter la compréhension d’un sujet difficile (la fausse information en médecine avec une apparence scientifique), prenons donc un exemple très concret, et sous forme de question : est-ce que les statines empoisonnent les muscles ?

Cette question donne lieu à une controverse violente entre supposés experts

[ceux qui répondent non et ceux qui répondent oui] et aussi pénible car il y a des victimes et de réelles souffrances ; et quand une souffrance n’est pas reconnue, il s’ajoute une autre souffrance : une double peine pour reprendre un vocabulaire juridique à la mode.

Posons en préalable que tous les experts et intervenants que nous allons citer seraient de bonne foi ; ils sont peut-être sous influence, du fait de leurs liens d’intérêts avec certaines firmes par exemple, mais ils restent de bonne foi dans leur conscience ; Ce n’est pas le cas général, certes, mais pour faciliter le raisonnement, essayons d’adopter ce principe généreux.

Pour rendre la démonstration explicative robuste, nous sommes obligés de reproduire des documents ; qui sont tous en anglais. Désolé pour ceux qui ne parlent pas cette langue, mais nous allons en donner une traduction simple.

A gauche (comme sur un ring de boxe, pas à l’Assemblée Nationale), ceux qui défendent l’idée que les statines ne provoquent pas de symptôme musculaire.

Les plus connus et très puissants (ils font la loi dans le domaine éditorial, les diverses académies et sociétés savantes) appartiennent à un consortium international subventionné par l’industrie pharmaceutique. C’est donc BigPharma Vox ! Récemment, ils ont publié un article dans The Lancet, le plus lu des journaux médicaux Européens et plus ou moins propriété de l’industriel Merck. Ci-dessous le titre de l’article et les principaux auteurs :

Et maintenant les liens d’intérêt de ces principaux auteurs :

Inutile de faire un dessin, comme on dit.

Ces experts déclarent que les statines n’ont pas d’effet (clinique significatif) sur les muscles ou très rarement. Ci-dessous copie de la phrase dans leur propre texte :

A droite, un autre groupe d’experts, presque tous aussi subventionnés par l’industrie pharmaceutique et, en plus, porte-parole de la Société Européenne de Cardiologie, et qui ont une toute autre vision des choses. L’article date de 2015 :

Ci-dessous, un court paragraphe de leur article à propos des symptômes musculaires associés à la prise de statines. Ce sont des symptômes relativement bénins (douleurs et faiblesse) ; on parle donc de la même chose dans les deux articles, celui du Lancet et celui de l’European Heart Journal.

Entre presque 0% (dans le Lancet) et presque 30% de victimes ici, ça fait une différence !

Question : comment des experts internationaux peuvent-ils conclure, à propos d’un aspect important de la médecine cardiovasculaire, de façon aussi discordante ?

Qu’est-ce qui cloche chez ces puissants cerveaux issus des plus belles universités ? Pourquoi ne peuvent-ils pas se mettre d’accord ? Qui a raison ?

Outre que certaines influences (commerciales) obscurcissent leur vision, il y a chez eux une évidente méconnaissance de la base de la médecine scientifique.

Que ne comprennent-ils pas, apparemment ?

On dit apparemment car certains ont parfaitement compris mais, par solidarité envers leurs multiples sponsors, ils préfèrent ne rien dire…

Il est en effet assez simple de clarifier les choses. Le 1er article du Lancet tire ses chiffres d’essais cliniques où les patients recrutés sont soigneusement sélectionnés ; tandis que le 2ème article rapporte des données de suivi (de pharmacovigilance au sens large) de patients non sélectionnés représentant la population générale susceptible de se voir prescrire une statine.

Quelle différence cela fait-il ?

Pour comprendre la différence, examinons un autre article dont le but était plus ou moins d’innocenter les statines quant à leur toxicité musculaire. On donne ci-dessous le titre, les auteurs et un extrait de leurs conflits d’intérêt déclarés (disclosures en anglais).

Il s’agit d’un essai clinique avec tirage au sort qu’ils appellent STOMP pour “The Effect of Statins on Skeletal Muscle Function and Performance” ; c’est donc en principe du bon travail.

Le Dr Thompson étant le senior auteur, on se limitera aux liens d’intérêt de celui-là.

Aucun doute possible, nous sommes dans le petit monde de BigPharma et les données rapportées sont d’ailleurs très rassurantes pour les industriels et leurs amis : 80mg d’atorvastatine pendant 6 mois ne semblent pas diminuer la force musculaire ou affecter la capacité d’exercice des sujets testés (ci-dessous surligné en jaune)

Ces données font penser que ce sont les auteurs du 1er article dans le Lancet qui étaient dans le vrai, sauf que…

Sauf que si on examine le protocole de l’étude, on constate qu’à partir d’un échantillon de patients susceptibles de participer à l’étude [et donc susceptibles de se voir prescrire une statine dans la vraie vie ; et donc potentielles victimes d’un effet toxique], les investigateurs vont prendre la précaution d’en sélectionner une minorité, c’est-à-dire de ne garder que ceux qui ont le plus faible risque de développer une complication due aux statines.

Deux petites captures pour documenter le biais introduit dans l’essai :

Autrement dit, d’une population initiale de 1415, on sélectionne 419 sujets qui sont tirés au sort, 202 dans le groupe statine (ATOR, ci-dessus) et 217 dans le groupe placebo (PL ci-dessus) : 29% du total initial.

Ils ont donc éliminé plus de 70% des personnes susceptibles, sur la foi des conclusions de cette étude, de se faire prescrire une statine par leurs médecins ; ces prescripteurs pensant que la statine n’a pas de toxicité musculaire importante.

Il est inutile à nouveau de faire un dessin. On n’a pas capté toutes les bonnes raisons qui ont conduit les investigateurs à exclure plus de 70% des sujets qu’ils auraient pu inclure. Il est clair toutefois que ces données ne sont pas extrapolables à la population générale qui va recevoir des statines et qui éventuellement s’en plaindra. Il est fort probable que c’est parmi ces patients exclus (et fragiles) que pourraient se recruter la majorité des victimes des statines.

On observe en plus que même chez ces sujets particulièrement qualifiés pour ne pas avoir d’effets toxiques des statines, les auteurs rapportent que “this blinded, controlled trial confirms the undocumented impression that statins increase muscle complaints. Atorvastatin also increased average creatine kinase, suggesting that statins produce mild muscle injury even among asymptomatic subjects”. C’est une copie de la fin de la conclusion de l’article ci-dessus.

Autrement dit, et comme les médecins attentifs le constatent si souvent, certains de leurs sujets particulièrement résistants se sont plaints de symptômes musculaires (muscle complaints) et ces symptômes étaient associés à des élévations de dosages biologiques (creatine kinase) certifiant la toxicité musculaire. Les auteurs admettent dans leur article qu’il y a parfois des troubles biologiques (élévations de creatine kinase) même en l’absence de symptômes ; tout cela confirmant la toxicité musculaire des statines.

Conclusion : ce sont donc les auteurs du 2ème article qui sont les plus proches de la réalité des faits : les statines sont réellement toxiques pour les muscles.

Ceux qui prétendent le contraire le font sur les bases de données non scientifiques. Les essais cliniques conduits sur des groupes de patients hypersélectionnés ne peuvent rendre une image réaliste de la toxicité potentielle des médicaments. Ces essais cliniques tendent à désinformer les médecins traitants ; c’est très préjudiciable pour leurs patients.

Les investigateurs sérieux le savent : seule la pharmacovigilance et les essais de phase 4 (selon la nomenclature en usage) permettent de réellement identifier les effets adverses (musculaires et autres) des médicaments.

Que les prestigieux auteurs de l’article du Lancet, et avec eux une cohorte de commentateurs puissent ignorer ces évidences laisse sceptique quant à leur réelle bonne foi, préalable initial de cette analyse.

Il faut certes rester prudent quant à la fréquence réelle des symptômes musculaires dus aux statines.  Elle varie probablement beaucoup en fonction des populations exposées (prédisposition génétique et sensibilité individuelle, mode de vie, et autres facteurs), des types et doses de statines et des durées de traitement.

Le chiffre de 27% rapporté dans le 2ème article est sans doute une sous-estimation de la toxicité musculaire réelle des statines dans les populations à risque, souvent polymédicamentées. 

Rapporté à la très faible probabilité – pour dire les choses avec prudence ; mais l’auteur de cet article pense que cette probabilité est nulle – que les statines soient utiles chez certains, ce niveau de toxicité donne un rapport bénéfice/risque trop faible pour qu’il soit justifié de prescrire une statine à qui que ce soit.

By | 2017-05-01T12:04:48+00:00 22/03/2017|Accueil, Nouveautés|12 Comments

About the Author:

12 Commentaires

  1. Inoxydable 22 mars 2017 à 18 h 34 min␣- Répondre

    Encore une fois docteur, vous enfoncez le clou tout en expliquant clairement même si on ne comprend pas beaucoup l’anglais. Merci.

  2. Hermine 23 mars 2017 à 22 h 55 min␣- Répondre

    Ce qui est navrant c’est que de telles conclusions contribuent, comme vous le dites, à une désinformation des médecins !
    S’ils avaient peut-être un peu plus l’envie et le temps de mieux s’informer auprès d’un agitateur de neurones comme vous et d’autres pouvez l’être ce serait bien plus fastoche pour eux que pour nous de tout bien comprendre !

    • oursdesneiges 24 mars 2017 à 15 h 52 min␣- Répondre

      Il y a un zigoto qui avait fait la proposition à l’AIMSIB de diffuser la  » bonne parole  » aux cardios, via des courriers réguliers ……mais le conseil d’administration a mis son véto , Amen !

      • Hermine 26 mars 2017 à 10 h 30 min␣- Répondre

        On pourrait également souhaiter avoir une visite des cardios sur ce site ! À l’humble avis d’une adhérente lambda comme moi il me semble plus important à l’Aimsib, aujourd’hui, de se faire connaître que de subir affrontements, indifférence …! Je crois savoir que la structure n’est dirigée que par des bénévoles à qui je rends hommage ici pour nous fournir le plus d’informations possibles avec des moyens qui restent sans doute très limités !

  3. brizard 24 mars 2017 à 9 h 42 min␣- Répondre

    Bonjour,
    Sexe féminin, un infarctus à 49 ans, un second à 58, sous statines depuis qu’elles existent, et sous traitement anti-cholesterol depuis l’âge de 16 ans. Je me bats avec le corps médical qui ne jure que statines en expliquant que ce traitement rend les muscles hyper douloureux et limitent le sport nécessaire à ma santé ! Mon père agé de 94 ans a fait un infarctus à 65 ans, (vie bcp moins sédentaire) ponté à 86 ans, et 10 stents posés, il n’a ni cholesterol, ni diabète, mais a fait son jardin de 1000 m2 jusqu’à 86 ans.
    Est-ce la levure de riz contenue dans les statines ou une autre molécule qui rend les muscles douloureux ?
    L’artérin est-il utile pour lutter contre le cholesterol ou faut il tout simplement ne pas lutter contre le cholesterol ?

    • Hermine 24 mars 2017 à 22 h 18 min␣- Répondre

      Prenez le temps pour votre santé de vous informer sur ce site ou vous aurez des réponses claires aux questions que vous vous posez.
      Je compatis infiniment à vos difficultés et me permets de vous répondre d’ores et déjà qu’il ne sert à rien de lutter contre le cholestérol, ça ne vous protégera en rien et engendrera plutôt un risque d’effets secondaires importants….
      C’est le mode de vie qui est essentiel, votre père l’a compris en conservant son activité de jardinage…
      Je précise n’être pas médecin mais suis depuis longtemps déjà les travaux du Docteur de Lorgeril ! Lui et d’autres sur ce site vous répondront bien mieux que moi.
      Bon courage à vous !

    • souris7 26 mars 2017 à 20 h 07 min␣- Répondre

      Aucun cardiologue ne peut ignorer la controverse, mais ils s’accrochent à leur dogme et à tout ce qui peut les y conforter. La dernière étude pour les anti PCSK9 est pitoyable, mais tellement rassurante pour tous ceux qui croient dur comme fer que le cholestérol est très dangereux.
      Alors ils gobent que 0,3g/L c’est bien. Il n’y a pas de problèmes cognitifs, enfin pas plus que sous statines seules à haute dose . Si c’est comme pour les muscles (0,1 à 0,25%), on est mal. Le diabète augmente, mais on le surveille.Et la sécu qui s’étonne des maladies associées en augmentation!
      Je ne suis pas médecin, mais la levure de riz rouge est une statine naturelle et dans l’artérin, il y a en plus la coenzyme Q10 pour palier les carences causées par les statines. Le mieux, c’est de laisser notre corps en fabriquer grâce à notre cholestérol. Un petit nombre de personnes avec une HF se voient proposer des LDL aphérèses.Ces personnes fabriquent trop de transporteurs et doivent filtrer leur sang.C’est certainement très contraignant, mais non toxique. Je crois qu’il vous faut l’avis d’un expert international en cardiologie bienveillant et indépendant.

  4. Françoise17 29 mars 2017 à 14 h 06 min␣- Répondre

    Tous ceux qui ont pris des statines sur une certaine durée (perso 15 ans juste en prévention) peuvent facilement témoigner concernant la toxicité musculaire!!! Je me pose d’ailleurs la question si le restant des douleurs va vraiment partir un jour ou si je resterais toujours fragile de ce côté. Ce qui est vraiment désolant c’est l’attitude des médecins ou la désinformation ou peut être même le conflit d’intérêt….

  5. Dr de Lorgeril 1 avril 2017 à 18 h 45 min␣- Répondre

    Est-ce la levure de riz contenue dans les statines ou une autre molécule qui rend les muscles douloureux ?
    L’artérin est-il utile pour lutter contre le cholesterol ou faut il tout simplement ne pas lutter contre le cholesterol ?

    Réponse du Dr de Lorgeril : ce sont les statines (y compris celles présentes dans le levure de riz rouge) qui empoisonnent les muscles.
    Explications dans le livre : « L’Horrible Vérité sur les Médicaments Anticholestérol ».

    Vous avez la réponse à vos questions : laissez votre cholestérol tranquille !

  6. GHERARDI DANIEL 5 avril 2017 à 13 h 12 min␣- Répondre

    J’ ai pris des statines pendant prés de 10 ans (Tahor 10mg) , Douleurs musculaires et articulaires à répétition sans explication de la part mon médecin qui se contentait de me prescrire de la pommade et des anti-inflammatoires.
    Traitements inefficaces de surcroît.

    Quelques mois après avoir stopper complètement mon traitement,(j’ avais acheté le livre  » Cholestérol mensonge et Propagande » Merci Dr de Lorgeril.
    Toutes mes douleurs ont disparues, et je ne vois plus mon médecin……Quant à mon taux de Cholestérol, c’est le dernier de mes soucis aujourd’hui…

  7. Dadak 15 mai 2017 à 8 h 07 min␣- Répondre

    Bonjour
    Sexe Masculin, je suis à Hambourg en Allemagne et suis votre blog de très pres.
    Agé de 63 ans je vis depuis 3 ans avec un stent et j’ai arreté les statines depuis 1 an après avoir lu le livre du Dr. de Lorgeril, je l’ai meme passé à certains francophones locaux. En ce qui me concerne, je prends juste 2,5 mg de Ramipril et 100 mg aspirine (protect) sinon je suis à peu pres le régime mediterranéen . Je me sens très bien pas de douleurs musculaires je me sens bien et fais meme des courses de 10 et 20 km. C’ est juste pour dire merci à vous tous et à encourager le nouveaux
    PS: Les Cardio Allemands ne veulent rien savoir sur un changement éventuel de leur mentalité ou bien se poser la question rapport du Cholesterol avec les maladies cardiovasculaires. Je crois que ici, ils ne voient que le pognon que ca rapporte de nous entretenir et ne veulent courrir aucun risque et pourquoi ??
    (pardon ma tastaure ne me permet pas de faire les accens nécessaires)

  8. Balanger 16 mai 2017 à 7 h 15 min␣- Répondre

    Bonjour
    Tous ces commentaires pour dire « ne plus prendre de statines » C’est très bien…..
    Mais deux questions restent ouvertes : le cholestérol est il mauvais, dangereux, pour la santé, et si la réponse est positive par quoi remplacer les statines
    Et ne me parlez pas d’hygiène de vie, foutaise, à 30 ans je n avais pas de cholestérol et je vivais comme un fou sans penser a mon corps,
    maintenant à la retraite et une vie sage et active physiquement, j’ ai trop de cholestérol
    Mais en fait,avoir plus de cholestérol a 70 ans qu’ 30 ans n’est ce pas normal ? Pourquoi vouloir contrecarrer la nature

    Bonne journée
    Rene

Laisser un commentaire