Un,deux,trois,quatre,cinq

j’inspire et j’emballe mon cœur ;

un,deux,trois,quatre,cinq

j’expire, c’est l’accalmie.

Viens surfer entre sympathique et parasympathique.

Cette fois, les cardiologues sont d’accord :

ni dépendance, ni effets secondaires,

c’est la cohérence cardiaque.
Il faudrait l’enseigner à nos enfants

avant qu’ils ne tombent dans le piège.

J’ai compris ta tactique en nous rendant addict.

Tu nous enfumes et nous anesthésies

pour mieux planter tes crocs, Nicotine.

J’inspire et puis je crache

cet ersatz qui m’apaise et m’empoisonne.

Combien en as tu séduit

avant de les détruire,

de les vieillir et de les condamner ?

Tu t’infiltres et tu t’incrustes dans nos bronches,

tu englues et enlises nos cils,

tu t’insinues au plus profond de nos cellules,

et tu imprimes ta signature vocale, rauque.

Plus de trois générations

avant que tes méfaits ne soient reconnus.

Et tu es encore là !

Tu parades, tu t’exhibes et tu ricanes :

« Le tabac tue »

C’est écrit et alors !

Statine est là…

Toi qui t’es installée en maître par la peur,

parviendras-tu à tromper plus longtemps

que l’ennemi dont tu prétends nous protéger ?

Serrez-vous la main,mes deux lascars,

vous êtes de la même trempe.

L’un simule la cohérence cardiaque.

L’autre stipule : sauvetage cardiaque !

J’ai besoin d’air…

Un,deux,trois, quatre, cinq

6 inspirations et expirations/min pendant 3 à 5 minutes.

A consommer pur et sans modération.

souris7

Auteur de l'article :

Lire tous les articles de